Concours  "Voix des Outre-Mer"

Théâtre du Châtelet

28 septembre 2020

Opéra magazine -   Novembre 2020   -   José Pons

"Premier nommé et déjà "Révélation Classique" de l'ADAMI, en 2019, le baryton Edwin Fardini débute une carrière prometteuse. (...) Il projette une voix large et assurée, avec une force de conviction peu commune. Imposant Anténor de Dardanus ("Monstre affreux, monstre redoutable"), il démontre une flexibilité et un sens réel de la nuance dans Deep River."

Hippolyte et Aricie

Opéra comique de Paris

14 Novembre 2020

Forumopera.com - 15/11/20 -   Brigitte Maroillat

"Edwin Fardini  prête une voix, souple, ronde à Tisiphone qui se fait particulièrement entendre au début de l’acte II, lorsque la furie entraîne Thésée aux enfers ."

Olyrix.com -   14/11/20 

"Edwin Fardini  (en costume-bretelles moderne, avec lunettes) dialogue tant vocalement que scéniquement avec ce rôle de premier ordre, rendant avec intensité ce caractère de suivant cynique, mettant en garde d'un sourire vocal sardonique (le nom de son personnage Tisiphone signifiant "Vengeance"). 

Black is beautiful

Auditorium du   Musée d'Orsay

18 avril 2019

Classiquenews.com - 26/04/19 -  Pedro Octavio Diaz

«La voix d’Edwin Fardini, quoique parfois couverte par l’orchestre dans Zemlinsky, nous a offert une myriade de couleurs  surtout dans ce cycle aux difficultés  stylistiques que le soliste a réussi à surmonter totalement. C’est un des talents à suivre  absolument!»

Ôlyrix - 22/04/19 - Charles Arden 

«À l'unisson de cette fierté naturelle et travaillée, d'une éloquence franche y compris dans l'arrondi d'un deuil endolori, le chant du baryton Edwin Fardini monte bientôt dans un volume emplissant l'Auditorium. L'excellente articulation et prosodie, avec des consonnes  nettes et des voyelles intensément vibrées s'apprécie en allemand (la qualité est conservée  dans la Rhapsodie de Poulenc bien qu'il s'agisse d'onomatopées en pseudo-petitnègre).»