Concert Purcell avec Cappella Mediterranea

La Grange au Lac, Evian-les-bains

234 octobre 2020

Forumopera.com -  28/10/20 -   Charles Sigel

"On nommera aussi le contre-ténor vénézuélien   Fernando Escalona, qui chanta un air du Génie du froid (de King Arthur) angoissant et glaçant à souhait, en maîtrisant impeccablement son crescendo, du pianissimo au fortissimo le plus impressionnant (belles sonorités froides des violons, notamment de Chouchane Siranossian), et fut aussi une réjouissante Sorcière dans   Didon."

Gala de l'Académie de l'Opéra national de Paris

Palais Garnier

28 février 2020

Opéra Magazine -  Mars 2020 - Thierry Guyenne

"C'est une mini-révolution que  l'entrée à l'Académie, pour la toute première fois, d'un contre-ténor,  le vénézuélien Fernando Escalona. A cette voix délicate et habilement projetée, échoit la partie de Lel, dans une longue scène de Snégourotchka ..."

Yvonne, Princesse de Bourgogne

Opéra Garnier - Paris

Mars 2020

Forumopera.com -  04/03/2020 - Alexandre Jamar

"Des nombreux rôles brefs (impossible de les citer tous), on retient surtout le contre-ténor opulent et surprenant dans cette Deuxième Tante de Fernando Escalona"

Gala de l'Atelier lyrique de l'Opéra de Paris

Opéra Garnier - Paris

Mars 2020

Olyrix.com - 02/03/2020 - Noémie Tessier

« Précédées par un prélude orchestral d’une grande richesse en timbres instrumentaux, les chansons de Lel mettent à l’honneur la voix de contre-ténor de Fernando Escalona. Particulièrement détendu sur le plateau, il offre un chant à la fois touchant et railleur. Sa voix se déploie dans une phrase a cappella immatérielle dont les notes aiguës sont assurées et libres »

Atelier lyrique de l'Opéra national de Paris

Saison 2019/2020

Le Figaro -  Thierry Hellériteau

"Une évolution rendue possible par la technique, de plus en plus élaborée, de ces contre-ténors, qui ont gagné en puissance, en projection, en agilité, mais aussi en aigus, constate Christian Schirm, directeur artistique de l'Académie de l'Opéra de Paris. Cette dernière a intégré, en septembre, le premier contre-ténor de son histoire, Fernando Escalona. 《À l'époque de Deller, on était sauf exception sur des voix assez centrales. Aujourd'hui, il y a presque autant de types de contre-ténors que de types de sopranos. C'est vraiment une tessiture à part entière, et qui a toute sa place à l'opéra. Pas seulement dans le baroque, mais aussi dans le XXe siècle et le répertoire de création. C'est d'ailleurs cette versatilité, assortie d'une vraie personnalité artistique, qui a permis à Escalona, originaire du Venezuela, de sortir du lot.》